Les triceps, mode d’emploi par Jimmy d’Espace Musculation

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

  • Ce que j’ai toujours fait dans mon travail des triceps, c’est de l’effectuer juste après ma séance de pectoraux et d’épaules. Le travail du haut du corps les a déjà échauffés et cela réduit le temps que je leur consacre et qui ne dépasse pas une quinzaine de minutes.
  • Le triceps est le plus gros des deux groupes musculaires du bras et, à mon avis, cela implique qu’on peut lui imposer plus de travail qu’au biceps. Toutefois, si vous passez 45 minutes à ne faire que les triceps, vous les surentraînerez probablement. Si vos bras ne réagissent pas bien, visez à intensifier votre séance et non pas à augmenter le nombre de séries.
  • Surtout, sentez les triceps travailler. Avant toute chose. cela nécessite une bonne technique d’exécution.
  • Sollicitez les trois faisceaux du triceps dans votre séance mais sachez quels exercices imposent le stress le plus fort à telle ou telle partie. Consacrez du temps à apprendre de nouveaux exercices et intégrez aussi, dans chaque séance, des exercices qui sollicitent les bras de différentes manières.
  • Veillez à ce que chaque rep se termine par une contraction maximale. Faites une pause, contractez le muscle et bloquez un instant avant de relâcher. C’est la moitié du travail.
  • Je fais environ 12 à 15 reps parce que j’ai constaté que c’est ce qui marche le mieux pour moi. Pour les triceps, je n’ai pas de méthode particulière parce que mon entraînement est instinctif. Ce que j’essaie toujours de faire, c’est de varier mes séances. 1l s’agira peut-être uniquement de modifier l’ordre des exercices ou d’inclure trois exercices complètement différents. Machines, charges libres, je me sers de tout. Mais, au bout de compte, c’est tout simple: il suffit de travailler.
  • Le seul principe que je suive, c’est de m’entraîner dur. Pour les triceps, comme dans toutes mes séances, je travaille dur pour optimiser le développement. Ne comparez pas vos efforts à ceux de quelqu’un d’autre. Par exemple, je n’ai jamais regardé un autre bodybuilder en me disant “je veux des pectoraux comme les siens:’ (Quoique cela ne me dérangerait pas de ressembler à Albert Beckles quand j’aurai plus de 60 ans). Tout ce que je fais, c’est de charger et de faire chaque série et chaque rep avec le maximum d’intensité.
  • Dès le début, j’ai eu un physique athlétique et j’ai eu la chance d’avoir été guidé par des gens qui savaient ce qu’ils faisaient. Ma formation de powerlifting m’a aussi donné une bonne avance. À l’époque, j’utilisais des charges qui ne me permettaient pas de faire plus de 6 à 7 reps et c’est ce qui a développé ma musculature. Quand je me suis mis à la musculation j’ai commencé à faire des séries multiples, à augmenter les reps et à raccourcir les périodes de repos.
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »